COCAÏNE

COCAÏNE
COCAÏNE

COCAÏNE

L’Erythroxylon coca (famille des Linacées), cultivée à Java, et surtout en Amérique du Sud d’où la plante est originaire, produit la cocaïne au niveau des feuilles par transformation de l’ornithine. Les racines paraissent totalement dépourvues d’alcaloïde. La teneur en alcaloïde varie selon les échantillons et, en particulier, selon l’âge des feuilles récoltées, de cinq à vingt grammes par kilo. Ces alcaloïdes sont fragiles: pour éviter leur altération, on traite les feuilles sur place aussi rapidement que possible. Après pulvérisation, on procède à une extraction continue, en présence d’une base faible, par un solvant organique non miscible à l’eau. Le produit ainsi obtenu renferme de 75 à 90 p. 100 de cocaïne pure. Certaines variétés de coca (coca de Java), riches en cinnamylocaïne mais pauvres en cocaïne, permettent d’obtenir cette dernière par hémisynthèse.

La cocaïne est une base tertiaire monovalente, dont les fonctions esters sont facilement hydrolysées. Elle est l’ester méthylique de la benzoyl-ecgonine répondant à la formule C17H214. L’ecgonine C9H153 dérive du tropane, noyau bicyclique associant la pipéridine à la N-méthyl pyrrolidine; c’est l’acide hydroxy-3 tropane carboxylique-2. Par estérification des fonctions alcool et acide respectivement (par des acides et des alcools de nature variable) se forment différentes molécules appelées par extension «cocaïnes».

La cocaïne se caractérise essentiellement par trois activités fondamentales: psycholeptique, sympathomimétique et anesthésique locale.

L’activité psycholeptique se manifeste après passage dans la circulation générale à la suite d’une injection intraveineuse ou de la traversée d’une muqueuse (prise nasale des toxicomanes). L’effet stimulant central produit une hyperloquacité, une excitation du psychisme et des facultés intellectuelles, une diminution de la sensation de fatigue qui favorise l’effort physique. Avec de fortes doses, des tremblements, de l’incoordination motrice et des convulsions peuvent apparaître. Une phase de dépression pénible succède à l’ivresse joyeuse, appelant impérieusement une nouvelle prise de drogue. Peu à peu, l’organisme s’habitue à des doses plus fortes (accoutumance ou assuétude) et manifeste une déchéance physique et morale croissante.

L’action sympathomimétique s’exprime surtout par une accélération cardiaque, une hypertension souvent accompagnée d’hyperthermie. C’est le seul anesthésique local vasoconstricteur; utilisée en synergie avec les catécholamines, la cocaïne renforce leur action (phénomène de potentialisation). La dilatation active de la pupille ou mydriase donne à l’œil un éclat caractéristique.

Une solution de chlorhydrate de cocaïne mise sur la langue y produit des picotements suivis d’une anesthésie rapide. Ce sont ces propriétés anesthésiques locales qui donnent à la cocaïne son intérêt majeur. Un anesthésique local est une substance qui, mise en contact avec un nerf ou un tronc nerveux, par injection ou par application sur une muqueuse, bloque la conduction nerveuse. En thérapeutique, on recherche l’arrêt de la production ou de la transmission de l’influx nerveux. La sensibilité est abolie avant la motricité. Progressivement disparaissent les sensations douloureuses, puis thermiques, enfin tactiles. L’effet est réversible.

Introduite dans la circulation générale, la cocaïne est détruite par le foie; le rein peut en éliminer une petite partie. L’absorption de doses trop fortes ou l’administration sur une muqueuse enflammée peut provoquer des intoxications aiguës. L’action dépressive s’étend des centres supérieurs à la moelle, causant, entre autres, des troubles cardio-respiratoires et des syncopes brutales mortelles.

cocaïne [ kɔkain ] n. f.
• 1856; de 1. coca
Alcaloïde extrait du coca, utilisé en médecine pour ses propriétés analgésiques et anesthésiques. Une injection de cocaïne. Cet alcaloïde utilisé comme stupéfiant. Priser, snifer de la cocaïne. cocaïnomanie; 2. crack, drogue. Abrév. fam. (1912) COCO [ koko ], COKE [ kok ]. Une ligne de coke. Cocaïne-base : mélange de feuilles de coca et de kérosène.

cocaïne nom féminin (de coca 1) Alcaloïde naturel (feuilles de coca) ou synthétique, excitant du système nerveux, dont l'usage prolongé peut aboutir à une toxicomanie.

cocaïne
n. f. Alcaloïde (C 17 H 21 NO 4) extrait des feuilles de coca, stupéfiant et anesthésique.

⇒COCAÏNE, subst. fém.
A.— CHIMIE
1. Alcaloïde, extrait des feuilles du coca ou produit par synthèse, qui se présente sous la forme d'une poudre cristalline incolore, de saveur amère, soluble dans les solvants organiques et les huiles.
2. Cour. Sel (chlorhydrate, nitrate ou sulfate) de cocaïne.
B.— MÉD. Substance, solide ou liquide, préparée à partir de l'alcaloïde ou de l'un de ses sels qui, selon les doses auxquelles elle est administrée, agit comme tonique, analgésique, anesthésique ou stupéfiant et dont l'emploi abusif aboutit à une intoxication grave :
Il [Villars] se trouvait dans une grande béatitude. Il ne se repentait pas d'avoir pris une telle dose de morphine et de cocaïne, puisqu'elle l'avait rendu un homme comme les autres, qui parle, qui rit, qui agit. Une seule crainte : que cette béatitude ne cessât brusquement, avant qu'il eût le temps de regagner le Valais.
ARLAND, L'Ordre, 1929, p. 476.
SYNT. Dose, pincée, piqûre de cocaïne; prendre, priser de la cocaïne.
Rem. On rencontre ds la docum. le synon. arg. coco, subst. fém. Un trafiquant de coco (MAURIAC, Journal 2, 1937, p. 154). C'est des gens à prendre de la coco, ils ont l'air à moitié piqués (PROUST, Le Temps retrouvé, 1922, p. 814).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1856 (LA CHÂTRE). Dér. de coca; suff. -ine. Fréq. abs. littér. :63.

cocaïne [kɔkain] n. f.
ÉTYM. 1856, Lachâtre; de coca, suff. -ine.
Chim. Alcaloïde (C17H21NO4) extrait des feuilles du coca ou produit par synthèse. || Sel, sulfate de cocaïne. || Utilisation thérapeutique du chlorhydrate de cocaïne. Cocaïnisation.Substance préparée à partir de la cocaïne (ou d'un sel de cet alcaloïde), à propriétés médicales (anesthésiques, analgésiques, toniques…) et qui peut agir comme stupéfiant. || Poudre de cocaïne. || Injection de cocaïne. || Prise de cocaïne. (argot) Ligne, sniff. || Toxicomanies par cocaïne. Cocaïnisme, cocaïnomanie.
Abrév. fam. 5. Coco. On rencontre aussi coca, n. f., et coke, n. f. (plus cour.) : || « Contrairement aux U. S. A., la coke reste en France confinée au petit milieu des nuiteux élitistes » (Libération, 22 déc. 1983).
tableau Noms de remèdes.
DÉR. Cocaïnique, cocaïnisation, cocaïnisme.
COMP. Cocaïnomane, cocaïnomanie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Нужно решить контрольную?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cocaine — Cocaïne Cocaïne Général Nom IUPAC (1R,2R,3S,5S) 3 (benzoyloxy) 8 methyl 8 azabicyclo[3.2.1]octane 2 carboxylate de méthyle N …   Wikipédia en Français

  • Cocaine — «Cocaine» Sencillo de J.J. Cale del álbum Troubadour Formato Vinilo Grabación 1977 Género(s) Rock Duración 2:48 …   Wikipedia Español

  • cocaine — 1874, from Modern Latin cocaine (1856), coined by Albert Niemann of Gottingen University from coca (from Quechua cuca) + chemical suffix INE (Cf. ine) (2). A medical coinage, the drug was used 1870s as a local anaesthetic for eye surgery, etc. It …   Etymology dictionary

  • Cocaine — Co ca*ine, n. (Chem.) A powerful narcotic alkaloid, {C17H21NO4}, obtained from the leaves of coca. It is a bitter, white, crystalline substance, and is remarkable for producing local insensibility to pain. It is classified as addictive and is not …   The Collaborative International Dictionary of English

  • cocaine — [n] illegal drug blow*, coke*, controlled substance, crack*, crystal*, freebase*, happy dust*, ice*, joy powder*, mojo*, narcotic, nose candy*, poison*, snort*, snow*, speedball*, stardust*, stuff*, sugar*, white horse*, white lady*, wings*;… …   New thesaurus

  • cocaine — ► NOUN ▪ an addictive drug derived from coca or prepared synthetically, used as an illegal stimulant and sometimes medicinally as a local anaesthetic. ORIGIN from COCA(Cf. ↑coca) …   English terms dictionary

  • cocaine — [kō kān′, kō′kān΄] n. [ COCA + INE3] a crystalline alkaloid, C17H21NO4, obtained from dried coca leaves: it was once much used in medicine and dentistry to lessen pain, but it is habit forming when used as a stimulant …   English World dictionary

  • Cocaine — For other uses, see Cocaine (disambiguation). Cocaine …   Wikipedia

  • Cocaïne — Cet article concerne l alcaloïde. Pour la chanson, voir Cocaine (chanson). Cocaïne …   Wikipédia en Français

  • Cocaine — The most potent stimulant of natural origin, a bitter addictive anesthetic (pain blocker) which is extracted from the leaves of the coca scrub (Erythroxylon coca) indigenous to the Andean highlands of South America. From the name of the plant… …   Medical dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”